Privé ou personnel ? Peu importe... c'est pas de tes affaires.

Depuis 2 ans, on sent un vent de conscientisation au niveau de notre droit à la vie privée sur Internet et nos communications en générales. Je veux souligner deux histoires qui ont particulièrement attiré mon attention durant la dernière année.

Des épopées qui arrivent « aux autres », mais qui cachent sous leurs artifices médiatiques, des faits qui touchent chacun d’entre nous. D’abord, est-ce que l’histoire de David Petraeus vous revient en tête ? Cet homme faisait sans doute partie des hommes d’honneur. Jusqu’au moment du fameux scandale d’adultère avec sa biographe, il avait une carrière brillante et pratiquement parfaite.

Nous avions la certitude que nos courriels étaient privés et que les photos que nous partagions étaient personnelles.

Directeur de la CIA et héros de guerre américain, “Dave” (pour les intimes), a servi avec brio son pays durant 37 ans. Un homme plus loyal que 95% des politiciens.

Et qu’est-ce qui a tout foutu en l’air ? Ses communications courriels et de manière plus générale, ses communications électroniques.

Deuxième épopée croustillante

En décembre 2012, Instagram, dirigé depuis peu par le clan Facebook, décide de changer sa politique sur la vie privée et se donne subitement le droit :

  1. De vendre nos photos à toutes entreprises
  2. De publier les noms de profils, tags, géotags, etc.
  3. Le tout sans compensation, ni avertissement aux utilisateurs du système

Les gens à travers les médias sociaux se lèvent brusquement contre cette violation évidente de la propriété intellectuelle de chacun d’entre nous. Les leaders des tribus en ligne désavouent Instragram, et menacent de quitter le système.

En l’espace de six mois, ces deux certitudes sont passées dans le camp de l’incertitude. Notre vie privée et personnelle est depuis sur le banc des coupures budgétaire de la liberté individuelle.

Voici les termes officiels de la politique d’utilisation au moment du scandale. Selon Facebook: Some or all of the Service may be supported by advertising revenue. To help us deliver interesting paid or sponsored content or promotions, you agree that a business or other entity may pay us to display your username, likeness, photos (along with any associated metadata), and/or actions you take, in connection with paid or sponsored content or promotions, without any compensation to you.

Ma réaction sur sur Twitter:

Qu’on t’en commun ces deux histoires?

Nous avions la certitude que nos courriels étaient privés et que les photos que nous partagions étaient personnelles. Définissons la différence entre les deux concepts:

  • Personnel: Qui s’adresse en particulier à quelqu’un : Allusion personnelle. Selon Larousse

  • Privé: Qui ne concerne pas le public, qui se fait sans témoins, en dehors d’un cadre officiel : Solliciter un entretien privé. Selon Larousse

En l’espace de six mois, ces deux certitudes sont passées dans le camp de l’incertitude. Notre vie privée et personnelle est depuis sur le banc des coupes budgétaires de la liberté individuelle.

Peut-on détruire la carrière des gens parce qu’ont découvre qu’ils sont hétéros ou non, mariés ou non, pratiquant ou non, en parfaite santé ou non ? J’imagine que tu vois le « pattern » Lekt ? C’est la même histoire pour les aventures sexuelles consentantes. On parle bien d’aventures et non pas de crimes ici hein ?

Qu’on s’appelle la rockstar de l’heure, le quidam sans histoire, le premier ministre d’un pays, il n’y a pas de différence. La vie privée est un droit.

Dans le cas de Facebook et compagnie, si c’est gratis mon vieux, c’est que c’est toi le produit. Jusqu’à maintenant ça semblait un bon marché … Mais tout à coup, les comptes gratuits coûtent cher en tab(*?(%kk – rien de moins que la vie privée et personnelle des gens. Désormais chez Instragram, vos photos pourraient servir à une promo pour Coke, McDo et tous les autres vendeurs de rêves de ce monde. Voilà qui est chic comme dirait l’autre à trois heures moins quart.

Mon verdict pour les années à venir

Je m’avoue en partie vaincu.

Mes messages coquins par SMS, courriel, Facebook, mes déplacements à travers le GPS de mon cellulaire, toutes les communications qui passent à travers Internet, l’historique des sites que je visite, mes discussions téléphoniques, etc., etc., etc. Tout ça, ce n’est plus vraiment privé. Personnel? Hmmm, pas vraiment. Je tiens pour acquis qu’un jour cette information pourrait devenir publique. Ouf…

Il y a eu un temps où les bidules technos étaient une boîte pour débrouiller le câble et pour copier des films. Aujourd’hui, c’est l’inverse.

Malte Spitz nous présente le type de données que les fournisseurs de téléphonie cellulaire possèdent sur nous. Il présente les dangers de se laisser traquer comme des souris de laboratoire. Un 10 minutes bien investit.

Je prédis même le piratage de la vie de milliers de personnes à travers la caméra de leur portable et de leur cellulaire. Un « Truman show » de personnes choisit au hasard. C’est à ce moment seulement que le grand public commencera à trembler et à prendre ses précautions. En fait ça arrive mais les médias tradionnels n'en font pas un cas.

Maintenant, que pouvons-nous faire avec cette tendance sur la violation de notre droit à une vie privée et personnelle ?

En parti vaincu

Je disais en partie vaincu et voici pourquoi. Dans les prochains articles de cette série, je reviendrai avec des façons tangibles de minimiser ces violations. Il y a des façons de « bypasser » le système. C’est vrai en fiscalité, dans les files d’attente des hôpitaux, comme c’est vrai avec notre vie privée en ligne. Je vous avertis, ça sera en partie technique (boooooouuuouou) donc, non « fashion ». Je m’en excuse d’avance. Mais je te jure Lekt, je fais ça pour ton bien et surtout, pour le bien de tous à notre droit à une vie privée. Il est l’heure de limiter l’accès à la jarre à biscuit. Ce qui se passe à Vegas reste à … ailleurs que sur les serveurs de Big Brother.

Vous souvenez-vous de ce qui arrive aux habitants de cette société où les moindres faits et gestes des gens sont épiés par Big Brother dans le film Le Destructeur ?

Il y a eu un temps où les bidules technos étaient une boîte pour débrouiller le câble et pour copier des films. Aujourd’hui, c’est l’inverse. C’est moi qui désire brouiller l’accès à mes données à Vidéotron, Fido et cie.


À partager

Peut-on détruire la carrière des gens parce qu’ont découvre qu’ils sont hétéros ou non, mariés ou non, pratiquant ou non, en parfaite santé ou non ? C’est la même histoire pour les aventures sexuelles consentantes. On parle bien d’aventures et non pas de crimes ici hein ?

Qu’on s’appelle la rockstar de l’heure, le quidam sans histoire, le premier ministre d’un pays, il n’y a pas de différence. La vie privée est un droit.

http://pascalandy.com/blog/prive-ou-personnel-peu-importe-cest-pas-de-tes-affaires/



Pascal Andy

Je m'adresse aux « non technos » qui désirent une meilleure relation avec les technologies. Créateur de play-with-ghost.com, un endroit pour découvrir Ghost, le logiciel sur lequel ce site a été créé.

Montréal Québec Canada http://pascalandy.com/

Subscribe to Le blog de Pascal Andy

Get the latest posts delivered right to your inbox.

or subscribe via RSS with Feedly!