Le travail à la pige est un phénomène bien établi. Selon l’entreprise de conseils en gestion Accenture, la main-d’œuvre globale se compose de 20 % à 33 % de travailleurs indépendants. Elles sont presque exclusivement utilisées dans le secteur des services web et marketing.

Travailler à son compte et être un…

  • travailleur indépendant
  • consultant
  • pigiste
  • « freelancer »
  • entrepreneur
  • courtier
  • remplaçant
  • sportif
  • artiste

... ça veut dire essentiellement que nous sommes responsables de facturer nos clients. À part quelques emplois lourdement syndiqués comme dans le domaine de l’enseignement, la plupart des emplois ne sont pas plus sûrs qu’être officiellement à son compte.

Un cinquième des étudiants britanniques qui ont reçu leur diplôme avec mention, ont déjà effectué des contrats en tant que pigiste. La flexibilité et le bon potentiel de revenus du travail indépendant sont des attraits considérables, en plus du fait de pouvoir être son propre patron. Puisque les meilleurs veulent profiter de ces avantages, la question va de soi : comment peut-on bien travailler avec des pigistes ?

Cet article fait état d’une étude effectuée par le site Elance sur les tendances relatives au travail à la pige au Royaume-Uni.

Ci-dessous, voici la liste des 5 compétences professionnelles les plus recherchées chez les pigistes britanniques en 2013.

  1. La rédaction d’articles et de contenu
  2. La traduction de l’anglais
  3. L’entretien de blogues
  4. Le graphisme
  5. Le PHP, HTML

L’usage du mot pigiste (freelance en anglais) au fil du temps.

Quelles sont les perspectives pour les pigistes?

Au Royaume-Uni, le Professional Contractors Group, une association professionnelle de pigistes, estime qu’environ 1,4 million de personnes effectuent du travail à la pige, tous secteurs confondus.

En 2013, le nombre de compagnies ayant fait affaire avec des pigistes en ligne a augmenté de 46%. Le total des paiements émis pour des contrats à la pige a connu une augmentation annuelle de 37%.

À part quelques emplois lourdement syndiqués comme dans le domaine de l’enseignement, la plupart des emplois ne sont pas plus sûrs qu’être officiellement à son compte.

Elance rapporte que le taux horaire des travailleurs indépendants britanniques a augmenté de 6,7% en 2013.

Les domaines qui cumulent la majeure partie des contrats à la pige en ligne sont les suivants : les technologies de l’information et la programmation informatique (41% de tous les contrats), le design et le multimédia (24%), ainsi que la rédaction et la traduction (18%). Cependant, on a pu observer une augmentation des demandes en provenance de toutes les catégories.

Selon les diplômés

Au Royaume-Uni, 87% des diplômés les plus performants perçoivent le travail à la pige comme une option de carrière très attirante. En comparaison, c’est le cas de 77% des diplômés ayant obtenu de moins bonnes notes. Ces deux données me font sourire. J’ai l’impression que les étudiants du premier groupe sont plus confiants en leurs propres moyens face au deuxième groupe.

21% des étudiants ayant obtenu leur diplôme avec mention honorable affirment avoir déjà choisi de travailler en tant que pigiste.

69% de tous les diplômés affirment que le travail indépendant leur permet d’atteindre un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle. 38% affirment que la variété est l’un des attraits du travail à la pige.

Voici une statistique plus subtile à saisir. 38% des étudiants affirment avoir l’impression qu’ils peuvent gagner autant, voire plus d’argent qu’en obtenant un emploi traditionnel. La différence se trouve certainement dans l’avantage fiscal de gérer sa propre entreprise. Gagner 100 000$ par année comme employé ou bien gagner 100 000$ en tant qu’entrepreneur est deux mondes. La vie d’un entrepreneur est une dépense. Sa voiture, son téléphone, sa connexion Internet, les diners au restaurant, ce sont des dépenses qui lui permettent de gagner sa vie. C’est n’est pas le cas des employés.

Essentiellement, cette statistique démontre que le 1/3 des gens ont la graine de l’entrepreneuriat.

Un avantage pour les entreprises

En se fiant sur les données de la Grande-Bretagne, si les entreprises veulent avoir accès aux meilleurs diplômés, elles devront peut-être songer à faire affaire avec des pigistes.

La recherche effectuée par Elance soutient la théorie suivante :

« Pour la génération Y, le travail n’est plus un lieu, le bureau est désuet et le concept d’emploi traditionnel semble de plus en plus anachronique. Ça ne signifie pas pour autant que les emplois à temps plein disparaîtront. Nous verrons de plus en plus d’organisations adopter un modèle hybride : les employés de l’entreprise travailleront régulièrement de concert avec des pigistes, autant sur place qu’à distance. Plusieurs entreprises adoptent déjà ce modèle. Elles reconnaissent que les pigistes peuvent représenter un moyen flexible et rentable d’importer des compétences et de nouveaux points de vue. »

Quelle est donc la meilleure manière de travailler avec des pigistes ? Lorsqu’on embauche un employé à temps complet, il est souvent plus avantageux d’embaucher un généraliste.

Il peut s’avérer avantageux d’assigner au personnel interne la tâche de diriger le travail des pigistes : « Il faut considérer les pigistes comme une extension de l’équipe. Même si ces travailleurs sont indépendants par définition, pour retirer le maximum de leurs capacités, l’entreprise doit être apte à répondre aux questions, à régler les problèmes et à faire le suivi de leur travail. »

Essentiellement, cette statistique démontre que le 1/3 des gens ont la graine de l’entrepreneuriat.

Les pigistes peuvent être utilisés pour apporter des compétences plus spécialisées au cours d’une période correspondant précisément aux besoins de l’entreprise. Cette méthode diminue les frais généraux permanents et convient aux diplômés qui veulent utiliser leurs compétences sans avoir à s’engager.

Télétravail

Les travailleurs de la génération Y, qu’ils soient pigistes ou employés permanents, préfèrent avoir le choix de travailler à partir de différents endroits.

Comme le rapporte Elance : « Pour les membres de la génération Y, l’idée de travailler à la maison ou dans un espace de travail partagé est très séduisante. Il s’agit d’un attrait équivalent à celui que pouvait représenter un poste de cadre pour leurs parents. »

Les horaires flexibles sont également très valorisés, car la génération Y recherche l’équilibre optimal entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Il faut penser en termes d’amélioration du style de vie plutôt qu’en termes d’avantages sociaux.

Tout est en place

Avec toute la panoplie de logiciels conçus pour travailler de façon collaborative, il est de plus en plus facile de travailler de partout. Il suffit de penser à Trello, Skype, Team Viewer, Dropbox, Google Docs, les CRM tel que Podio, les marchés d’échanges (marketplace) tel qu’Elance, Freelancer, oDesk, Etsy ou Airbnb pour en faire sa propre idée.

Je tiens à mentionner que Trello est de loin l’outil que j’utilise le plus souvent dans ma vie professionnelle et personnelle. Je parle de Trello comme on parlait de religion il y a 100 ans. C’est pas peu dire.

Cet article est une adaptation de ce texte de Ben Davis.


À partager

Le travail n’est plus un lieu, le bureau est désuet et le concept d’emploi traditionnel semble de plus en plus anachronique. Avec toute la panoplie de logiciels conçus pour travailler de façon collaborative, il est de plus en plus facile de travailler de partout. Un concept qui devient de plus en plus concret.

http://pascalandy.com/blog/etre-pigiste-le-meilleur-des-deux-mondes/