Mettre son poing (du bon côté) de la table

C'est parfois profitable ou même plaisant de mettre son poing sur la table pour avoir des clients, des partenaires, des étudiants, des médias ou même les ministères du gouvernement qui fassent ce qu'on lui demande de faire.

Inévitablement, ceux qui mettent leur poing sur la table arrivent à la croisée des chemins : Est-ce que je fais ceci pour que les gens fassent quelque chose de bien pour eux-mêmes ou quelque chose de bien pour moi?

Quand une professeure utilise son pouvoir pour faire en sorte que ses élèves étudient pour en faire d'eux des citoyens plus allumés et plus éduqués, elle leur rend un service.

Quand un détaillant ou un manufacturier utilise son pouvoir d'achat pour emmener sur le marché ce que leurs clients n'ont pas anticipés, c'est probablement parce que les consommateurs seront curieux d'essayer ce nouveau produit.

À toutes les fois qu'une organisation pousse pour changer le statu quo, en créant le changement qu'elle produit sur le monde, elle construit quelque chose qui durera pour longtemps.

Mais souvent, c'est le contraire qui se produit. Les organisations au pouvoir changent leurs prix, leurs technologies, leurs politiques parce que c'est mieux pour l'organisation, parce que souvent c'est plus facile pour elles. Elles changent la façon qu'elles font du support ou la promesse qu'elles avaient prise avec leurs clients ou leurs fournisseurs. Souvent, ce sont ceux qui jouent dans les systèmes des finances ou un tableur qui prennent les décisions, non pas ceux qui produisent les changements positifs sur le terrain.

Et ça fonctionne. Pour un moment ... Et puis ça s'écroule, parce que même les plus grandes organisations ne durent pas pour toujours, tout spécialement lorsque ceux qui ce sont fait pousser, découvrent qu'ils ont d'autres options.

Et pourquoi ne pas utiliser tous les systèmes d'analyses avancées pour comptabiliser tout le temps que nous avons dû perdre avec vous et vos machines parlantes pour être un de vos clients? Redonnez-nous en crédit le temps perdu sur notre prochaine facture. On le vaut bien non?

Mettez votre poing sur la table s'il vous plait. Assumez votre mission. Mais de grâce, faites-le pour ceux que vous servez, pas contre-eux.

Cet article est inspiré d'un texte original de l'un des plus prodigieux auteur de notre génération, Seth Godin.

Et plus directement

Hydro-Québec - Sur la page de votre mission heeeuu... où est la mission!?! http://hydrosourcedavenir.com/pages/mission

Je veux aimer votre marque et le service à la clientèle est très bon. Mais dites-nous honnêtement et de façon transparente que votre mission est de taxer le citoyen comme toutes les autres taxes provinciales. Est-ce si difficile? Vous êtes capable.

Fido - Chez Fido, notre mission est d'offrir un service aussi abordable qu'attentionné. Nous ne ménageons aucun effort pour que nos clients reçoivent le meilleur service possible. - http://www.fido.ca/web/content/aboutus/ourcommitmentto_you?lang=fr

Quand je passe d'un forfait à un autre moins cher et que ma facture me coûte trois fois le prix, je ne devrais pas passer des heures à faire valoir le non-sens de la situation dans laquelle je me trouve. Vous pouvez faire mieux!

Banque RBC - Toujours mériter le privilège d'être le premier choix de nos clients - http://www.rbc.com/aproposderbc/visionetvaleurs.html

Quand vous volez 50$ de frais pour une transaction "sans fonds", pensez-vous vraiment mériter ce privilège? Simplement refuser la transaction n'aurait pas été la chose la plus honnête?